La vie est facile, ne t’inquiète pas

La suite de Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand, ou mes retrouvailles avec Diane et Félix au milieu des « Gens »…

images

Quatrième de Couverture :

 » Alors que j’étais inconsolable, il m’avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J’avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J’étais prête à m’ouvrir aux autres. »

 

Depuis son retour d’Irlande, Diane a tourné la page de son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux Gens Heureux Lisent Et Boivent Du Café, son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car Diane sait qu’elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.

 

Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s’effondrer les unes après les autres.

 

Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?

 

 

Mon Avis :

J’avais tellement hâte de retrouver les personnages de cette histoire ! C’est vrai que je m’étais un peu attachée à Diane et Félix, et leur amitié indéfectible. Cette suite laissait entrevoir de jolies rencontres pour notre héroïne qui commençait à remonter la pente à son rythme.

C’est donc avide des nouvelles aventures Diane que j’ai parcouru les premières pages.

Hélas, j’ai rapidement constaté que cette suite n’était pas à la hauteur de mes espérances ! C’est sans surprise qu’un nouveau prétexte la fait retourner en Irlande, et donc revoir son bel Irlandais sauvage… Edwaaaaard ! Et là, pas de doute : Olivier (alias Jacob, mais je m’égare là, non ?) ne souffre pas la comparaison. Lui aussi a pourtant tout pour plaire : beau gosse, belle situation, attentionné, tendre, patient, compréhensif, séduisant, altruiste, et même amoureux. Il a tout pour lui, sauf une chose : il n’est pas Edward. Et ça, ça pèse lourd dans la balance affective de Diane.

Dans son coeur, c’est une valse hésitation qui se joue sans fausse note ou presque. Au lieu d’explorer la gamme du triangle amoureux et ses infinies possibilités, on devine bien trop vite la partition qui va se jouer dans la deuxième moitié du roman. Moi qui ne suit pas fan des histoires d’amour et autres romans à l’eau de rose, j’étais servie 😦

On finit donc par tourner les pages plus parce qu’on a hâte d’en finir que par réel intérêt, les batailles de Diane sont autant de sursauts inutiles au dénouement, et les bons sentiments des uns, et l’humour des autres n’y feront rien. Même si j’ai apprécié le style simple et le ton badin que l’auteure emploie pour raconter les choses.

C’est donc mitigée voire déçue que j’ai refermé ce livre.

Mais parce que j’aime son écriture, je lirai avec plaisir un autre roman d’Agnès Martin-Lugand 🙂

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s