Premières Lignes #15

Onze Minutes

de Paulo COELHO

Nouveau billet pour ce rendez-vous hebdomadaire, initié par Aurélia du blog Ma Lecturothèque : les premières lignes d’un livre que j’ai lu et apprécié, ou qui se trouve toujours dans ma PAL.
Si vous souhaitez participer aussi, n’hésitez pas à mettre un commentaire avec le lien de votre article pour que je puisse vous ajouter à la liste. 😉

Onze_minutes

314 pages – Le livre de poche – Paru le 02/02/2005

Il était une fois une prostituée qui s’appelait Maria.Un moment. « Il était une fois », telle est la meilleure manière de débuter un conte pour enfants, tandis que « prostituée » est un terme d’adultes. Comment peut-on faire débuter une histoire sur cette apparente contradiction ? Mais enfin, puisque, à chaque instant de nos existences, nous avons un pied dans le conte de fées et l’autre dans l’abîme, conservons ce commencement.

Il était une fois une prostituée qui s’appelait Maria. Comme toutes les prostituées, elle était née vierge et innocente et, durant son adolescence, elle avait rêvé de rencontrer l’homme de sa vie (qui serait riche, beau, intelligent), de l’épouser (en robe de mariée), d’avoir de lui deux enfants (qui deviendraient célèbres), d’habiter une jolie maison (avec vue sur la mer). Son père était représentant de commerce, sa mère couturière. Dans sa ville du Nordeste du Brésil, il n’y avait qu’un cinéma, une boîte de nuit, une agence bancaire ; c’est pourquoi Maria attendait le jour où son prince charmant apparaîtrait sans prévenir, envoûterait son coeur, et où elle partirait pour conquérir le monde avec lui.
Comme le prince charmant ne se montrait pas, il ne lui restait qu’à rêver. Elle tomba amoureuse pour la première fois à l’âge de onze ans, tandis qu’elle se rendait à pied à l’école primaire. Le jour de la rentrée, elle découvrit qu’elle n’était pas seule sur le trajet : non loin d’elle cheminait un gamin qui habitait dans le voisinage et fréquentait l’école aux mêmes heures. ils n’avaient jamais échangé un mot, mais maria remarqua que les moments de la journée qui lui plaisaient le plus étaient ceux qu’elle passait sur la route poussiéreuse, malgré la soif, la fatigue, le soleil au zénith, le garçon qui marchait vite tandis qu’elle faisait des efforts épuisants pour demeurer à sa hauteur.
La scène se répété pendant plusieurs mois ; Maria, qui détestait étudier et n’avait d’autre distraction que la télévision, se mit à désirer que le temps s’écoule rapidement ; elle attendait anxieusement de se rendre à l’école et, contrairement aux filles de son âge, trouvait très ennuyeuses les fins de semaine. Comme les heures passent bien plus lentement pour un enfant que pour un adulte, elle en souffrait, trouvait les jours interminables, car ils ne lui offraient que dix minutes à partager avec l’amour de sa vie et des milliers d’autres pour penser à lui, imaginer comme il serait bon qu’ils puissent se parler.
Or, un matin, le gamin s’approcha d’elle et lui demanda de lui prêter un crayon. Maria ne répondit pas, elle fit mine d’être irritée par cet abord intempestif et pressa le pas. Elle était restée pétrifiée d’effroi en le voyant se diriger vers elle, elle avait peur qu’il sût qu’elle l’aimait, l’attendait, rêvait de le prendre par la main, de dépasser la porte de l’école pour suivre la route jusqu’au bout, où – disait-on – se trouvait une grande ville, des personnages de roman, des artistes, des automobiles, de nombreuses  salles de cinéma et toutes sortes de merveilles.

Résumé:
Toute jeune Brésilienne du Nordeste, Maria n’aspire qu’à l’Aventure, au grand Amour. Au cours d’une semaine de vacances à Rio de Janeiro, sur la plage de Copacabana, un Suisse lui propose de devenir danseuse de cabaret à Genève. Elle voit là le début d’un conte de fées… Mais la réalité sera bien différente. 
Maria en vient à se prostituer – sans honte, puisqu’elle apprend à son âme à ne pas se plaindre de ce que fait son corps, et qu’elle s’interdit de tomber amoureuse. Après tout, la prostitution est un métier comme un autre, avec ses règles, ses horaires et ses jours de repos… Mais le sexe – comme l’amour – reste pour elle une énigme.
Pour découvrir le sens sacré de la sexualité, Maria devra trouver le chemin de la réconciliation avec elle-même.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Prête-moi ta plume
• Tales of Something
• Ju lit les mots
• Read For Dreaming

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s